Cook Inov s’agrandit et embaucheà Nogent-le-Rotrou

La société Cook Inov (40 salariés, 11,8M€ de CA), spécialisée dans la conception de produits culinaires appertisés pour la GMS, l’industrie, les hôpitaux et pharmacies, a prévu une extension de 2 000 m² de ses locaux ZA de l’Aunay à Nogent-le-Rotrou, qui comptent actuellement 2 500 m². « L’atelier d’étiquetage est trop petit », annonce le directeur Antoine Daudet. Le chantier prévoit de déplacer l’étiquetage, d’étendre la stérilisation, d’ajouter un autoclave et de disposer ainsi d’un espace de stockage. Ce projet permettrait de créer une dizaine d’emplois. « Le permis de construire vient d’être déposé. Notre objectif est de débuter les travaux début 2013, avec une livraison au mois d’août », avance prudemment le directeur qui pourrait « se rétracter si nos finances ne nous le permettent pas ».
Suite à l’arrêt récent des commandes de petits pots (filière bébé) pour le groupe Materna – dont la production a été transférée à Vic-sur-Aisne – Cook Inov a dû se tourner vers l’export (30 % de sa production) et se diversifier. « Nous travaillons aussi pour les hôpitaux et pharmacies avec des produits remboursés par la Sécurité sociale pour des personnes ayant des problèmes pour s’alimenter », ajoute Antoine Daudet. Cook’Innov a également des projets de développement de produits avec Jean-Pierre Coffe pour Leader Price, et vise le marché de la diététique
Envoyer Imprimer PDF
 


Panne

Difficile de se montrer optimiste à quelques semaines d’une rentrée qui s’annonce difficile. Comme le suggère notre Une, la croissance française est définitivement en panne, et tranche ainsi avec l’humeur de la plupart des grands pays industriels qui, eux, ont retrouvé de l’allant. Comment pourrait-il en être autrement ? Le durcissement de l’environnement fiscal, l’impact catastrophique de la loi Alur sur l’immobilier et la construction, l’illisible pacte de responsabilité honni par une partie de la majorité, corsètent l’économie française. Pour retrouver une trajectoire de croissance, il n’y a pas d’autre choix que de tourner le dos aux dogmes rancis de l’exception française, synonyme d’appauvrissement généralisé. Et de s’engager franchement dans une politique fondée sur la libéralisation de l’offre. Fortibus est fortuna viris data.
Retrouvez le contenu complet
de la Lettre Valloire
REGION CENTRE
BERRY
EURE-ET-LOIR
INDRE-ET-LOIRE
LOIR-ET-CHER
LOIRET