21-12-11 - 70 emplois menacés chez Alkopharm à Blois

Contrairement à ce qu’espéraient les responsables de la société, l’Agence du médicament vient de suspendre l’autorisation d’exploitation et de production accordée au laboratoire Genopharm, ainsi qu’à l’une de ses entités industrielles, l’usine Alkopharm de Blois. Cette décision risque de précipiter la fermeture de ce site de 70 salariés spécialisé dans la fabrication d’injectables et de comprimés. Les dirigeants viennent de déposer devant le tribunal administratif un recours en annulation non suspensif. Rappelons que Genopharm est accusé par les autorités sanitaires suisses et françaises d’avoir falsifié les dates de péremption du Thiotepa, un traitement de la leucémie dont il assure la distribution.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir



Panne

Difficile de se montrer optimiste à quelques semaines d’une rentrée qui s’annonce difficile. Comme le suggère notre Une, la croissance française est définitivement en panne, et tranche ainsi avec l’humeur de la plupart des grands pays industriels qui, eux, ont retrouvé de l’allant. Comment pourrait-il en être autrement ? Le durcissement de l’environnement fiscal, l’impact catastrophique de la loi Alur sur l’immobilier et la construction, l’illisible pacte de responsabilité honni par une partie de la majorité, corsètent l’économie française. Pour retrouver une trajectoire de croissance, il n’y a pas d’autre choix que de tourner le dos aux dogmes rancis de l’exception française, synonyme d’appauvrissement généralisé. Et de s’engager franchement dans une politique fondée sur la libéralisation de l’offre. Fortibus est fortuna viris data.
Retrouvez le contenu complet
de la Lettre Valloire
REGION CENTRE
BERRY
EURE-ET-LOIR
INDRE-ET-LOIRE
LOIR-ET-CHER
LOIRET