4-1-13 - Menace de licenciements chez Altima à Tours

La société d’assurance et de courtage Altima (4,7 M€ de CA), détenue à 96 % par les actionnaires Macif, Matmut, Maif, Mutuelle des Motards et AGPM, en difficulté financière, pourrait fermer ses portes dans les prochaines semaines. Fin novembre, la société a annoncé un plan social qui se traduirait, selon l’Union départementale CGT d’Indre-et-Loire, par 46 licenciements, à Tours et à Niort (79). Des négociations ont débuté sur les primes de licenciement et d’éventuels reclassements, notamment au sein des mutuelles actionnaires.
 Altima souffre notamment de la rupture d’un partenariat commercial qui la liait au groupe PSA sur des offres d’assurances lors de la vente de véhicules.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir



Panne

Difficile de se montrer optimiste à quelques semaines d’une rentrée qui s’annonce difficile. Comme le suggère notre Une, la croissance française est définitivement en panne, et tranche ainsi avec l’humeur de la plupart des grands pays industriels qui, eux, ont retrouvé de l’allant. Comment pourrait-il en être autrement ? Le durcissement de l’environnement fiscal, l’impact catastrophique de la loi Alur sur l’immobilier et la construction, l’illisible pacte de responsabilité honni par une partie de la majorité, corsètent l’économie française. Pour retrouver une trajectoire de croissance, il n’y a pas d’autre choix que de tourner le dos aux dogmes rancis de l’exception française, synonyme d’appauvrissement généralisé. Et de s’engager franchement dans une politique fondée sur la libéralisation de l’offre. Fortibus est fortuna viris data.
Retrouvez le contenu complet
de la Lettre Valloire
REGION CENTRE
BERRY
EURE-ET-LOIR
INDRE-ET-LOIRE
LOIR-ET-CHER
LOIRET