Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2020

Momo s’en mêle

le 21 juin 2016 à 15h09

Truculent et direct, comme toujours, Maurice Leroy a évoqué les élections législatives et son avenir personnel dans un long entretien paru aujourd’hui dans La Nouvelle République. Candidat à sa propre succession sur la 3e circonscription de Loir-et-Cher, un territoire obligeamment déserté par Les Républicains pour lui laisser toutes ses chances, Maurice Leroy rend la pareille en déclarant la 2e réservée à Guillaume Peltier, dont il laisse entendre qu'il pourrait avoir pour suppléant le sortant Patrice Martin-Lalande. Momo, devenu grinçant, menace même tout centriste qui se sentirait pousser des ailes en Sologne, « d’être grillé à vie… Il n’aurait plus qu’à louer un camion de déménagement et à partir. Il s’agirait d’une faute politique très grave ». Un message certainement entendu par ceux auxquels il s’adresse.
En revanche, sur la 1ère, la circonscription de Blois aujourd’hui tenue par le socialiste frondeur Denys Robiliard, l’investiture accordée par Les Républicains à Catherine Fétilleux ne semble pas autant gravée dans le marbre. Momo préfère temporiser : « Lorsque le candidat aux primaires sera élu, on entrera sérieusement dans le sujet. Imaginez aussi que le MoDem décide d’une candidature. Il y aura alors négociation. »
Si Maurice Leroy est élu député du Vendômois pour la cinquième fois consécutive, ce sera pour siéger… et respecter la loi sur le cumul des mandats. Il laissera donc son siège de président de l’Assemblée départementale à son premier vice-président Nicolas Perruchot. Quant à l’avenir, tout est ouvert. Si son favori pour la présidentielle Nicolas Sarkozy passe l’obstacle des primaires et redevient président de la République, Momo pourrait se laisser tenter par un retour au gouvernement ou une haute responsabilité en lien avec le Grand Paris. Le Loir-et-Cher semble un peu s’éloigner de l’ancien ministre de la Ville de François Fillon. Pour toujours ? 

Affaires publiques

Noir c’est noir

C’est un coup de tonnerre dans le ciel chargé de la vie…

Tours va créer son « Vincinodrome »

En chômage technique depuis le début de la crise sanitaire,…

Fesneau sort du bois

Comme tout bon chasseur, Marc Fesneau ne tire qu’à coup…

Régionales : les écologistes veulent imposer leur méthode à gauche

La liste attrape-tout de l’écologiste Charles Fournier…

Accueil de la BnF : Châteauroux non plus

Le cabinet du maire de Châteauroux a finalement démenti…

Sondage

LA REPRISE SERA-T-ELLE FORTE DÈS LA RENTRÉE ?

Montrer les résultats