Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire magazine de septembre 2021 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2020

A Tours, Emmanuel Denis échoue à faire bouger les lignes

le 21 décembre 2020 à 17h04

La démission fracassante du maire EELV de Tours Emmanuel Denis de la présidence du syndicat mixte (Smadait) qui gère l’aéroport de Tours Val de Loire, n’aura été qu’une tempête dans un verre d’eau. « De simples turbulences », a résumé le président du Département Jean-Gérard Paumier, qui siège et finance l’infrastructure au côté de la Métropole de Tours et de la Région Centre-Val de Loire. Dans une conférence de presse commune qui s’est tenue ce jour, les chefs des exécutifs des trois collectivités ont tenu à rappeler toute l’importance qu’ils accordaient à l’aéroport, « vital pour le développement économique et touristique de notre territoire », a asséné François Bonneau, le président de la Région. 
Sans aucun d’état d’âme, Wilfried Schwartz, président de la Métropole, a affirmé que le plan de vol pour l’année à venir, notamment les liaisons vers Marseille, Porto et Marrakech, « sera maintenu ». Le 17 décembre, le maire de Tours avait tenté en vain de s’opposer au maintien de ces liaisons – bien qu’il s’en défende – lors du vote par le conseil métropolitain d’une subvention de 3 M€ (9 M€ avec l’apport équivalent de la Région et du Département) destinée à obtenir, après travaux, l’indispensable certification d’aéroport civil. Wilfried Schwartz et ses pairs ont tout juste concédé, du bout des lèvres, qu’il faudrait peut-être reconsidérer la liaison vers Marseille « qui concurrence la desserte TGV vers cette destination »
Mais dans l’attente du renouvellement de la DSP avec l’exploitant actuel (Edeis) programmé pour juin 2022, l’activité de l’aéroport tourangeau – considérablement ralentie par la crise sanitaire – reste donc figée sur le même modèle. Le 5 janvier, Bruno Fenet, le maire divers droite (ex-LR) de Parçay-Meslay – commune qui se partage, avec Tours, l’emprise de l’aéroport de Tours Val de Loire – devrait être élu à la présidence du Smadait... où le maire de Tours n’occupera plus qu’un simple strapontin.

Affaires publiques

Noir c’est noir

C’est un coup de tonnerre dans le ciel chargé de la vie…

Tours va créer son « Vincinodrome »

En chômage technique depuis le début de la crise sanitaire,…

Fesneau sort du bois

Comme tout bon chasseur, Marc Fesneau ne tire qu’à coup…

Régionales : les écologistes veulent imposer leur méthode à gauche

La liste attrape-tout de l’écologiste Charles Fournier…

Accueil de la BnF : Châteauroux non plus

Le cabinet du maire de Châteauroux a finalement démenti…

Sondage

LA REPRISE SERA-T-ELLE FORTE DÈS LA RENTRÉE ?

Montrer les résultats