Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire magjuin2022 Lire LV 788 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2022

Jusqu'au bout...

le 24 juin 2020 à 16h58

Le Canard Enchaîné n’aura décidément jamais lâché Olivier Carré, quitte à remettre en cause la sacro-sainte indépendance de la justice. Dans son édition du jour – à quatre-vingt seize heures seulement du second tour des élections municipales – l’hebdomadaire a consacré deux colonnes à un rappel des faits qu’il avait dévoilés il y a un an sur le train de vie et l’intimité de l'actuel maire d’Orléans. Il n'ajoute d'ailleurs aucun élément à son papier du 12 juin 2019, mais s’offusque que le procureur Nicolas Bessone, interviewé à quelques jours de son départ de la ville par La République du Centre, puisse considérer qu’il n’existait « à ce stade (neuf mois après l’ouverture de l’enquête, NDLR), aucun élément susceptible d’engager la responsabilité pénale de Monsieur Carré ». Le magistrat a eu beau rappeler l’évidence, à savoir que « les sommes éventuellement litigieuses portent sur de faibles montants », le palmipède n’a pas digéré le probable classement sans suite d’une affaire qui sera désormais traitée par le successeur de Nicolas Bessone.

Affaires publiques

Serge Grouard dans l’anonymat

Si la candidature de Serge Grouard à la présidence des…

Recours

Il fallait s’y attendre ! Battu de 11 voix sur la 5

Poker mentor

La nomination d’Emmanuel Porcher à la direction générale…

Le président d’Orléans Métropole mis en minorité

Au moment où il a pris la parole, hier au soir, pour…

La gouvernance d’Orléans Métropole au bord de l’implosion

Pour une fois, les Orléanais, qui regardent souvent…

Sondage

La rentrée
sociale sera-t-
elle agitée ?

Montrer les résultats