Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire magazine de septembre 2021 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2020

Les salariés de Blancafort dindons de la farce ?

le 18 décembre 2020 à 19h01

Suite aux images de volailles vivantes filmées par un ouvrier du site et diffusées par l’association de défense des animaux L214, l’abattoir de Blancafort (18) risque la suspension de son agrément sanitaire. La préfecture du Cher a vivement réagi à la publication de cette vidéo de deux minutes montrant des dindes entassées dans des caisses métalliques et enjoint la direction de procéder sous 48 h à des mesures correctives, le délai courant jusqu’à demain samedi 19 décembre. L214 demande, pour sa part, la fermeture pure et simple de ce site de 350 salariés appartenant au groupe LDC.
Selon Arnaud Lespagnol, président de la FNSEA 18, « la réponse préfectorale est manifestement excessive. Ces images témoignaient à la rigueur d’un certain inconfort auquel il est difficile de remédier dans les délais impartis. Mais il ne s’agit pas de mauvais traitements. D’ailleurs, les services vétérinaires de l’État n’ont jamais trouvé rien à redire... ». Le président de la fédération agricole rappelle que le groupe LDC a engagé 12 M€ d’investissements pour la mise en conformité du site de Blancafort : 8 M€ ont déjà été réalisés. « La crise sanitaire a ralenti le déroulé mais le projet d’amélioration du process est sur les rails », ajoute Arnaud Lespagnol. 
Selon nos informations, la direction et les services préfectoraux discutaient d’un calendrier plus resserré des travaux afin d'améliorer le bien-être des volailles juste avant leur abattage. Mais un porte-parole de la préfecture du Cher nous indiquait vendredi en début d’après-midi que le préfet avait décidé de « judiciariser l’affaire » en transmettant le dossier au procureur de la République. Pourtant, les relations entre le représentant de l’État et le monde agricole local avaient bien commencé. Juste après sa prise de fonction, le 20 février dernier, le préfet Bouvier avait demandé à Arnaud Lespagnol de lui organiser la visite d’une exploitation « pour se faire présenter les problématiques agricoles du département ». La sauvegarde des emplois n’en faisait peut-être pas partie.

Affaires publiques

Noir c’est noir

C’est un coup de tonnerre dans le ciel chargé de la vie…

Tours va créer son « Vincinodrome »

En chômage technique depuis le début de la crise sanitaire,…

Fesneau sort du bois

Comme tout bon chasseur, Marc Fesneau ne tire qu’à coup…

Régionales : les écologistes veulent imposer leur méthode à gauche

La liste attrape-tout de l’écologiste Charles Fournier…

Accueil de la BnF : Châteauroux non plus

Le cabinet du maire de Châteauroux a finalement démenti…

Sondage

LA REPRISE SERA-T-ELLE FORTE DÈS LA RENTRÉE ?

Montrer les résultats