Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire Lire LV 788 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2022

Les 212 salariés de Philips Dreux seront licenciés

le 31 mars 2010 à 11h38

Les 212 salariés de Philips Dreux seront licenciés

Comme nous le prévoyions dans la dernière édition du magazine de La Lettre Valloire, le spectaculaire baroud d’honneur tenté par les syndicats drouais de Philips EGP à quelques jours des élections régionales n’aura finalement été qu’un feu de paille alimentant de faux espoirs. Le 29 mars, toutes les organisations syndicales – à l’exception de la CGT, très engagée dans le combat – ont, en effet, rendu un avis sur le PSE qui prévoit la fermeture définitive de l’usine de Dreux, spécialisée dans la fabrication de téléviseurs LCD, et le licenciement de ses 212 salariés.
Un avis, qui aussi défavorable soit-il, permet à la direction de réengager la procédure interrompue par le tribunal de grande instance de Chartres ; on se souvient que celui-ci avait été saisi par les syndicats, suite à la gaffe commise par la direction du groupe néerlandais. Celle-ci, engluée dans d’âpres négociations sur les conditions du plan social, avait décidé de fermer le site une veille de week-end dans une parodie de lock out, déclenchant un tsunami médiatico-politique. Le tourbillon avait même obligé le ministre de l’Industrie Christian Estrosi à jouer les démineurs. Dans la foulée, les juges avaient suspendu le plan social et exigé la remise en route de la production. Le tout dans la liesse générale.

Las ! Le soufflé est donc retombé et l’inéluctable s’accomplit. La production devrait se poursuivre jusqu’au 16 avril au rythme de 500 téléviseurs par jour, date à laquelle les premières lettres de licenciement seront envoyés aux salariés concernés. Ils auront tout de même obtenu une amélioration – prime supplémentaire de 20 000 € – des modalités d’indemnisation arrachées à la veille de cet ultime soubresaut. Il ne reste plus à la CGT qu’à dénoncer « la trahison syndicale ».

Affaires publiques

Serge Grouard dans l’anonymat

Si la candidature de Serge Grouard à la présidence des…

Recours

Il fallait s’y attendre ! Battu de 11 voix sur la 5

Poker mentor

La nomination d’Emmanuel Porcher à la direction générale…

Le président d’Orléans Métropole mis en minorité

Au moment où il a pris la parole, hier au soir, pour…

La gouvernance d’Orléans Métropole au bord de l’implosion

Pour une fois, les Orléanais, qui regardent souvent…

Sondage

La rentrée
sociale sera-t-
elle agitée ?

Montrer les résultats