Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire uneMars2020 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • devup
  • caisse epargne2020

Vinci négocie une rallonge pour la LGV Tours-Bordeaux

le 13 avril 2011 à 15h53

Le financement de la ligne à grande vitesse (LGV) entre Tours et Bordeaux s’organise dans la douleur. Ainsi, le groupe de TP Vinci, retenu il y a un an pour construire et exploiter cette desserte dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP), exige un supplément de 60 M€ en sus des 7,2 Md€ qui constituaient le montant initial du contrat. Les dirigeants de Vinci justifient cette demande de révision par l’augmentation du prix des matières premières.
Rappelons que le contrat de concession n’a toujours pas été signé : le constructeur peine à trouver les 3 Md€ prévus auprès des banques ; l’Etat ne parvient toujours pas à rallier l’ensemble des collectivités locales à la cause de la LGV : près de 200 M€ sur le 1,5 Md€ attendu manquent à l’appel. Notons que la Région Centre a accepté de contribuer à hauteur de 16,1 M€… en échange de la prise en charge par l’Etat (17 M€) de la suppression d’un passage à niveau près de Chartres, un préalable à la réouverture de la ligne voyageurs Orléans-Chartres.

Affaires publiques

Les déboires de Frank Supplisson

Hier au soir, l’Agglomération montargoise et des Rives…

Briand recule pour mieux sauter ?

Dans une interview accordée à La Nouvelle République

Mélodie en sous-sol pour la présidence de la Métropole de Tours

Après l’installation de l’écologiste Emmanuel Denis dans…

Le Medef Centre se convertit à l'écologie

Est-ce la percée des maires écologistes qui a incité…

Frank Supplisson très proche de Famar Lyon
EXCLUSIF

Frank Supplisson et ses alliés Secufund et Néovacs seraient…

Sondage

LE DÉCONFINEMENT VOUS SEMBLE-T-IL BIEN PRÉPARÉ ?

Montrer les résultats

  • afpi2020