Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire magazine de septembre 2020 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2020

Orléans joue la carte de la biomasse

le 29 avril 2014 à 14h27

Orléans joue la carte de la biomasse

L’agglomération orléanaise a pris une longueur d’avance dans le domaine du chauffage collectif urbain utilisant des sources d’énergie renouvelables. Au nord d’Orléans, dans le quartier des Groues où doit être aménagé un éco-quartier, on s’affaire depuis mars dernier à la construction d’une seconde centrale biomasse qui sera opérationnelle en octobre prochain.

Le site, qui va nécessiter un investissement d’environ 55 M€ engagé par Cofely – l’exploitant de la plateforme et du réseau de chaleur afférent dans le cadre d’une délégation de service public (DSP) –, sera en mesure d’assurer le chauffage de 12 000 « équivalents logements ». Cette plateforme de cogénération sera dotée de deux turbines afin d’accroître son efficacité énergétique. Celle-ci aura un taux d’efficacité de 60 % alors que le taux moyen des plateformes biomasse se situe plutôt autour de 50 %. Elle sera en mesure de délivrer 25,3 MW d’énergie thermique ainsi que 12 MW d’électricité. Fonctionnant grâce à l’apport annuel de 110 000 tonnes de bois énergie, le site, très automatisé, n’emploiera que 14 salariés.
Cette plateforme vient compléter les installations de la première chaufferie biomasse orléanaise mise en service en 2012 par Dalkia dans le quartier de La Source. Cette dernière, qui a également requis un investissement de 50 M€, est équipée d’une chaufferie biomasse de 25 MW qui produit de la chaleur pour le réseau urbain (17 MW) et 7,5 MW d’électricité. Avec ces deux centrales à bois, l’agglomération d’Orléans a trouvé moyen de verdir son bilan énergétique. « Si on cumule l’activité des deux unités biomasse, on peut estimer qu’elles permettent d’éviter annuellement près de 90 000 tonnes d’émission de CO2 », indique-t-on à la mairie d’Orléans, soit l’équivalent des émissions moyennes de 40 000 véhicules. Une performance écologique qui s’inscrit pleinement dans les engagements prévus au titre de l’Agenda 21 auquel la cité johannique a décidé de se conformer.

Affaires publiques

Exclusion

Échaudé par les remous internes de ces dernières semaines…

Ça va et ça vient

Le nouveau président de Tours Métropole Wilfried Schwartz…

Pas sur la même longueur d’ondes

C’est au pied du mur que l’on reconnaît le maçon. Emmanuel…

À Tours, c’est pas tous les jours Noël
EXCLUSIF

En présentant hier sa 1ère vice-présidente Cathy Savourey,…

Les centristes à la manœuvre

Les élections régionales approchent et l’UDI se rapproche…

Sondage

LA REPRISE SERA-T-ELLE AU RENDEZ-VOUS EN 2021 ?

Montrer les résultats

  • afpi2020