Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire magazine de septembre 2020 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2020

Vers une relance de la transversale ferroviaire Nantes-Lyon ?

le 24 janvier 2014 à 16h13

Vers une relance de la transversale ferroviaire Nantes-Lyon ?

Des élus des régions concernées et les milieux consulaires – notamment la CCI Centre –, regroupés au sein de l’association RACO (Rhône-Alpes-Centre-Océan) tentent de convaincre les pouvoirs publics, RFF et la SNCF, de l’intérêt de relancer la liaison ferroviaire transversale reliant Nantes à Lyon. Réduite à peau de chagrin depuis 2006, celle-ci n’exploite plus qu’un poussif TER Tours-Lyon (6 h 17 de temps de parcours) et 1 à 2 TET (trains d’équilibre du territoire) Tours-Lyon via Nevers, guère plus véloces. « Une fenêtre stratégique s’ouvre à nous », nous indique Jean-Michel Bodin, le vice-président communiste de la Région Centre, par ailleurs président de RACO. Tout d’abord, les infrastructures sont désormais quasi-opérationnelles. L’électrification du tronçon Nevers-Chagny, qui vient d’être décidée par la Région Bourgogne, complétera l’électrification des liaisons Tours-Nevers et Bourges-Saincaize. De plus, le projet de nouvelle offre quotidienne (4 A/R Nantes-Lyon en 6 h, 3 A/R Orléans-Lyon et 2 Nantes-Dijon et Clermont Ferrand), concocté par les élus, bénéficierait des rames qui seront mises en service fin 2015 en remplacement des trains Corail. Enfin, la SNCF va passer en revue tous les horaires des trains d’ici à décembre 2016 : « C’est donc dès 2014 que nous devons effectuer un lobbying efficace au bénéfice de cette desserte qui s’adresse à un bassin de population de 6 millions de personnes », estime Jean-Michel Bodin qui réfute au passage l’idée que cette nouvelle offre puisse cannibaliser les dessertes TGV et notamment la liaison Tours-Lyon.  Selon une étude menée par le cabinet d’études Rail Concept, la mise en œuvre susciterait une fréquentation supplémentaire d’environ 3 millions de voyageurs ; l’exploitation exigerait toutefois que l’autorité organisatrice s’acquitte d’une subvention d’équilibre annuelle de 14,5 M€.

Affaires publiques

Exclusion

Échaudé par les remous internes de ces dernières semaines…

Ça va et ça vient

Le nouveau président de Tours Métropole Wilfried Schwartz…

Pas sur la même longueur d’ondes

C’est au pied du mur que l’on reconnaît le maçon. Emmanuel…

À Tours, c’est pas tous les jours Noël
EXCLUSIF

En présentant hier sa 1ère vice-présidente Cathy Savourey,…

Les centristes à la manœuvre

Les élections régionales approchent et l’UDI se rapproche…

Sondage

LA REPRISE SERA-T-ELLE AU RENDEZ-VOUS EN 2021 ?

Montrer les résultats

  • afpi2020