Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire mars2021 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2020

Delphi La Rochelle ferme, Blois passe à travers les gouttes

le 07 mai 2015 à 11h12

delphi

Les 1 500 salariés de l’américain Delphi à Blois (ci-dessus), une unité spécialisée dans la fabrication d’injecteurs pour moteurs diesel, respirent mieux. Leur maison-mère, qui a mis à l’étude il y a plusieurs mois un projet de réorganisation industrielle, vient finalement d’annoncer la fermeture de son unité de Périgny, près de La Rochelle (17).
Ce site, qui emploie 330 collaborateurs également à la fabrication d’injecteurs diesel, devrait cesser ses activités à la fin 2016. Blois pourrait accueillir dès cette année quelques lignes de production et une cinquantaine de salariés en provenance de Charente-Maritime, si naturellement ces derniers l’acceptent, le transfert se faisant sur la base du volontariat : à ce jour, seuls une douzaine d’entre eux auraient accepté une mutation dans le Loir-et-Cher. De source syndicale, l’essentiel des équipements industriels sera délocalisé vers des pays à faible coût de main d’œuvre. Confrontés à une baisse de la production – les moteurs diesel équipent moins fréquemment les véhicules neufs –, les dirigeants de Delphi semblent donc vouloir préserver l’usine blésoise en massifiant les moyens et en s’appuyant sur un centre de R&D qui emploie 600 salariés. Jusqu’à quand ?

Affaires publiques

Tours va créer son « Vincinodrome »

En chômage technique depuis le début de la crise sanitaire,…

Fesneau sort du bois

Comme tout bon chasseur, Marc Fesneau ne tire qu’à coup…

Régionales : les écologistes veulent imposer leur méthode à gauche

La liste attrape-tout de l’écologiste Charles Fournier…

Accueil de la BnF : Châteauroux non plus

Le cabinet du maire de Châteauroux a finalement démenti…

Tours Métropole veut son propre plan de relance

La métropole tourangelle ne veut pas jouer les seconds…

Sondage

LA REPRISE SERA-T-ELLE FORTE DÈS LA RENTRÉE ?

Montrer les résultats