Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire Lire LV 788 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2022

Le Loiret sera totalement fibré en 2025

le 12 octobre 2018 à 12h01

installation de fibre optique

L’objectif affiché est clair : à l’horizon de 2025, tous les foyers du Loiret auront la fibre. Ni plus ni moins. Et pour parvenir à ce résultat, le Département lancera à la fin de l’année une nouvelle DSP – Délégation de service public – de quelque 180 M€ pour généraliser la fibre à l’abonné dans les 263 communes du département qui n’ont pu profiter des aménagements antérieurs. « Nous allons rentrer dans une nouvelle étape décisive, a expliqué Frédéric Néraud, vice-président du Département lors d’une conférence de presse consacrée à ce sujet. Cette nouvelle DSP pourrait être notifiée à l’automne 2019 et les premiers travaux engagés au 1er septembre 2020. La première estimation du coût global pour le déploiement de ces 120 000 prises est de l’ordre de 180 M€ soit un coût moyen à la prise d’un montant de 1 500 € ».
Cette « nouvelle étape où la part du financement public sera plus faible » constitue en réalité le quatrième et dernier acte d’un plan d’aménagement numérique démarré en 2004 avec la construction et l’exploitation du réseau Medialys et fortement dynamisé, à partir de 2014, par le vaste chantier Lysséo et ses 150 M€ d’investissement. « À terme, c’est-à-dire d’ici 2020, Lysséo aura permis d’augmenter le débit dans 111 communes du département, ce qui représente 25 000 lignes", explique le président du Département Marc Gaudet.
Mais en attendant 2025, et la fibre déployée donc au seuil de chaque foyer, le Département va expérimenter une nouvelle technologie dite « THD Radio » dans 40 communes rurales qui n’étaient pas comprises dans la zone Lysséo. Et ce, pour un coût de 1,2 M€. « Cela permettra à 6 000 foyers dépourvus d’un bon haut débit d’accéder à des débits compris entre 8 et 30 Mbits/s », explique Frédéric Néraud. Cette technologie hertzienne, testée déjà en Seine-et-Marne, repose sur l’installation d’un émetteur sur un point en hauteur et la fixation, dans le, même temps, d’une antenne chez le particulier ou l’entreprise qui souhaite profiter de ce haut, voire très haut débit. « L’État devrait contribuer à hauteur de 150 € au financement des installations dès lors que les particuliers ou professionnels feront appel à un antenniste. En attendant que l’État ouvre le guichet correspondant, le Département prendra à sa charge ce montant », précise Frédéric Néraud.

Affaires publiques

Serge Grouard dans l’anonymat

Si la candidature de Serge Grouard à la présidence des…

Recours

Il fallait s’y attendre ! Battu de 11 voix sur la 5

Poker mentor

La nomination d’Emmanuel Porcher à la direction générale…

Le président d’Orléans Métropole mis en minorité

Au moment où il a pris la parole, hier au soir, pour…

La gouvernance d’Orléans Métropole au bord de l’implosion

Pour une fois, les Orléanais, qui regardent souvent…

Sondage

La rentrée
sociale sera-t-
elle agitée ?

Montrer les résultats