Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire Magazine de décembre 2020 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • Loire Valley
  • Publicité direccte2020
  • caisse epargne2020

Baytree investit l’ex-site Giat de Salbris

le 17 décembre 2020 à 10h02

frichegiat

L’un des plus vieux serpents de mer de l’économie régionale trouve enfin son épilogue. L’aménageur et constructeur Baytree, créé il y a quelques années par Axa Investment Managers Real Assets, a signé hier au soir l’acte de vente d’un terrain de 16,5 ha sur la friche Giat de Salbris (41). Son directeur pour la France, Philippe Rougé, confirme qu’il lancera, probablement d’ici à la fin de l’hiver, les travaux de terrassement préalables à la construction d’un entrepôt logistique de 60 000 m². La livraison pourrait intervenir à la mi-2022 si, d’ici là, un utilisateur est identifié. Mais les clients, notamment de la grande distribution, ne devraient pas manquer pour ce site Seveso idéalement placé à quelques encablures d’un échangeur de l’A 71 (ci-dessus). L’aménageur est tellement certain du bien-fondé de son choix qu’il a déjà mis une option pour l’achat de 8 ha supplémentaires. Après le revirement de Prologis et de Deret en 2010, Baytree avait signé une promesse de vente en juin 2017 ; il aura donc fallu plus de trois ans pour obtenir les diverses autorisations environnementales et urbanistiques et se ménager la neutralité des riverains.
Voilà une belle épine retirée du pied des collectivités territoriales, dix-huit ans après la fermeture de cet ancien camp militaire, devenu en 1934 une fabrique de poudre et de munitions qui employa plus de 800 personnes jusqu’au mitan des années quatre-vingt. Baytree offre donc une solution pour environ 20 % de l’emprise de 80 ha du terrain dit « A », avec une option sur 10 % supplémentaires. Quant au terrain dit « B », de 27 ha, il devrait servir aux « compensations environnementales » exigées par le législateur. Cette friche de plus petite taille sera donc laissée progressivement à la discrétion de la faune et la flore solognotes.

Affaires publiques

A Tours, Emmanuel Denis échoue à faire bouger les lignes

La démission fracassante du maire EELV de Tours Emmanuel…

Les salariés de Blancafort dindons de la farce ?

Suite aux images de volailles vivantes filmées par un…

Mercato territorial

En Touraine, quelques bastions tenus par la gauche, comme…

Une étude mobilités qui fait du surplace ?

Un demi-million d’euros : c’est le coût de l’édifiante…

Un président trié sur le volet

Après l’élection surprise de Benoist Pierre à la tête…

Sondage

LA REPRISE SERA-T-ELLE AU RENDEZ-VOUS EN 2021 ?

Montrer les résultats

  • afpi2020