Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire uneMars2020 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • devup
  • caisse epargne2020

Covid-19 : comment trouver des masques dans la région ?

le 21 avril 2020 à 17h19

masque

On nous l’aura dit et répété jusqu’à satiété. La France a cruellement manqué de masques, blouses, gants et gel hydroalcoolique pour faire face à la crise sanitaire.
La Région Centre-Val de Loire et son agence de développement économique Dev’Up ont donc pris l’initiative de créer un site dédié https://equipements-protection-centre-valdeloire.fr pour mettre en relation les fournisseurs d’équipements de protection d’une part, les professionnels de santé et les entreprises souhaitant protéger leurs collaborateurs d’autre part. Pour être référencé, rien de plus simple : il faut s’inscrire en ligne en répondant à un court questionnaire et en détaillant produits proposés et conditions de distribution.
Ce 21 avril, quelques jours après la mise en ligne du site, une cinquantaine d’entreprises s’étaient inscrites : classées en six catégories (masques, blouses et surblouses, lunettes de protection, gants, charlottes et chaussures, gels et solutions hydroalcooliques et enfin désinfectants sols et surfaces et lingettes), elles sont réparties sur tout le territoire régional et même un peu au-delà, comme Derez, un fournisseur de matériel textile de St-Hilaire-sur-Erre (61), ou Funestock, une société parisienne qui livre aussi bien des masques de protection… que des pierres tombales (!).
Parmi ces fournisseurs régionaux, peu de sociétés connues, hormis peut-être le spécialiste italien des bas de contention et des orthèses Cizeta Medicali, qui emploie une quarantaine de salariés à St-Amand-Montrond (18), ou le maroquinier Rioland (23 M€ de CA), qui va assembler des masques homologués dans l’un de ses sept sites indriens.
Pour le reste, beaucoup de petites entreprises, parfois très discrètes, qui ont fait évoluer leur production pour s’adapter aux besoins : c’est le cas de Domcia, à Dun-le-Poëlier (18), un sous-traitant des grandes marques de prêt-à-porter qui s’est lancé dans la fabrication de masques barrière grâce à la mobilisation de dix-huit de ses salariées, soit 15 % de son effectif habituel. Autre exemple, celui du laboratoire Diabelle, un façonnier cosmétique de Morée (41), qui produisait début avril 3 000 flacons de gel hydroalcoolique quotidiennement : une reconversion temporaire assurée par trois de ses six salariés, l’autre moitié de l’effectif devant rester à la maison pour garder les enfants. Enfin, citons DPL-Hervier, un autre sous-traitant du secteur de l’habillement qui emploie 27 personnes à Châtillon-sur-Indre (36) : cette entreprise a retrouvé l’un de ses anciens savoir-faire pour fabriquer des blouses, surblouses et masques qui ne manqueront pas de trouver rapidement preneurs.

Affaires publiques

L'écolo-circus a planté son barnum à Tours

C’est à Tours que l’ « écolo-circus » avait décidé de…

Reprise manquée pour Frank Supplisson

Frank Supplisson ne fera pas tout de suite son entrée…

Petits arrangements entre amis tourangeaux

Pathos dégoulinant, hommage appuyé aux pères fondateurs…

Sondage

LE DÉCONFINEMENT VOUS SEMBLE-T-IL BIEN PRÉPARÉ ?

Montrer les résultats

  • afpi2020