Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire uneMars2020 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • devup
  • caisse epargne2020

Daher cèdera bien St-Julien-de-Chédon, mais dans deux ans

le 26 juin 2020 à 09h15

Daher cèdera bien St-Julien-de-Chédon, mais dans deux ans

Nouveau rebondissement chez Daher. Dans une interview accordée au quotidien économique en ligne La Tribune, Didier Kayat, le directeur général de l’équipementier et avionneur parisien, annonce qu’il a proposé hier aux partenaires sociaux de se désengager de l’usine d’aérostructures de St-Julien-de-Chédon, dans le Loir-et-Cher, « tout en recherchant activement un repreneur pour ce site » qui compte 300 salariés, « dont 200 compagnons et 100 cols blancs ».
À sa fermeture, prévient le dirigeant, « nous privilégierons le scénario d’une cession », affirmant que le groupe a déjà reçu des marques d’intérêt pour cette usine. Sur une période de deux ans, Daher (1,2 Md€ de CA en 2019) va transférer un certain nombre d’activités vers Tarbes et Nantes et, à la fin de l’année 2022 qui coïncidera avec le redémarrage prévu des cadences dans l’industrie aéronautique, l’usine loir-et-chérienne sera disponible pour un repreneur. D’ici à cette date, l’impact social devrait se limiter à la suppression d’une cinquantaine de postes « au maximum » sur le site de la route de Tours.
Daher prévoit pour 2020 une baisse brutale d’activité qui lui fera perdre « 300 à 400 M€ de CA et de 80 à 100 M€ d’Ebitda ». Les usines tournent aujourd’hui en moyenne à 55 % de leurs capacités et celle de Nantes, qui produit des pièces en thermoplastique pour l’A350, n’est qu’à 25 % de son potentiel. Néanmoins, Didier Kayat espère limiter la casse sociale et procéder à moins de 1 000 licenciements en France. Le contingent des travailleurs intérimaires sera le plus touché : d’ici à la fin du mois de juillet, les contrats de 1 300 d’entre eux – ils sont actuellement 1 700 sur un effectif salarié total de quelque 10 000 personnes – ne seront pas renouvelés.

Affaires publiques

L'écolo-circus a planté son barnum à Tours

C’est à Tours que l’ « écolo-circus » avait décidé de…

Reprise manquée pour Frank Supplisson

Frank Supplisson ne fera pas tout de suite son entrée…

Petits arrangements entre amis tourangeaux

Pathos dégoulinant, hommage appuyé aux pères fondateurs…

Sondage

LE DÉCONFINEMENT VOUS SEMBLE-T-IL BIEN PRÉPARÉ ?

Montrer les résultats

  • afpi2020