Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire magazine de septembre 2020 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2020

Le sullylois Inteva Products en redressement judiciaire

le 11 juin 2020 à 10h42

inteva

Les difficultés de l’équipementier automobile Inteva ne sont certes pas nées avec la crise sanitaire, mais le signal qui vient d’être donné à l’économie nationale est mauvais. La filiale française de l’entreprise américaine, dont le siège social est à Troy, au nord de Detroit (Michigan), a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d’Orléans, assorti d’une période d’observation de six mois. Parmi les 663 salariés du groupe dans l’Hexagone, 176 travaillent à Sully-sur-Loire (45) dans une unité qui fabrique des lèves-vitres et abrite également le siège social pour la France.
Il y a dix-huit mois, Inteva Products France avait annoncé un plan social, entraînant les suppressions de 22 emplois à Sully-sur-Loire, de 55 à Esson (14), usine qui emploie à ce jour 246 salariés, et de 21 à St-Dié-des-Vosges, un site qui compte aujourd’hui 241 salariés. En 2018, Inteva Products France affichait un CA de 181 M€, avec une perte de 22 M€ et des fonds propres négatifs à hauteur de 13,7 M€.
A l’occasion de la restructuration engagée fin 2018 en France par ce groupe qui compte plus de 9 000 salariés et 30 sites de production dans le monde, le bureau de recherches et de développement de St-Dié avait été fermé et transféré dans le Loiret. A l’époque, Inteva évoquait la délocalisation d’une partie de ses productions en République tchèque. En 2016, le groupe a ouvert une unité moderne de 7 000 m2 à Rychnov, près de la frontière polonaise ; celle-ci fabrique, comme à Sully, des lèves-vitres, ainsi que des modules et serrures de portes de véhicules.
« Malgré les mesures de chômage partiel suite à la crise du Covid et n’ayant pas droit au prêt garanti par l’État pour cause de fragilité financière, lnteva Products France n’est pas à même de payer ses dépenses courantes ordinaires », a commenté sobrement le groupe dans un communiqué. Un PGE lui avait été, en effet, refusé par ses banques dans le courant du printemps ; le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est dit prêt à trouver une solution alternative. Une nouvelle audience du tribunal de commerce d’Orléans est prévue le 7 juillet.

Affaires publiques

Les centristes à la manœuvre

Les élections régionales approchent et l’UDI se rapproche…

Du plomb dans l’aile

C’est en faisant preuve d’une confondante désinvolture…

François Bonneau veut une part de TVA

Si François Bonneau, le président socialiste de la Région…

Décès de Nicolas Bonneau

Victime d’un accident vasculaire cérébral il y a quelques…

On a fini de rigoler à Tours Métropole
EXCLUSIF

La nouvelle gouvernance « consensuelle » de Tours Métropole…

Sondage

LE DÉCONFINEMENT VOUS SEMBLE-T-IL BIEN PRÉPARÉ ?

Montrer les résultats

  • afpi2020