Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire magazine de septembre 2021 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2020

Le sullylois Inteva Products en redressement judiciaire

le 11 juin 2020 à 10h42

inteva

Les difficultés de l’équipementier automobile Inteva ne sont certes pas nées avec la crise sanitaire, mais le signal qui vient d’être donné à l’économie nationale est mauvais. La filiale française de l’entreprise américaine, dont le siège social est à Troy, au nord de Detroit (Michigan), a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d’Orléans, assorti d’une période d’observation de six mois. Parmi les 663 salariés du groupe dans l’Hexagone, 176 travaillent à Sully-sur-Loire (45) dans une unité qui fabrique des lèves-vitres et abrite également le siège social pour la France.
Il y a dix-huit mois, Inteva Products France avait annoncé un plan social, entraînant les suppressions de 22 emplois à Sully-sur-Loire, de 55 à Esson (14), usine qui emploie à ce jour 246 salariés, et de 21 à St-Dié-des-Vosges, un site qui compte aujourd’hui 241 salariés. En 2018, Inteva Products France affichait un CA de 181 M€, avec une perte de 22 M€ et des fonds propres négatifs à hauteur de 13,7 M€.
A l’occasion de la restructuration engagée fin 2018 en France par ce groupe qui compte plus de 9 000 salariés et 30 sites de production dans le monde, le bureau de recherches et de développement de St-Dié avait été fermé et transféré dans le Loiret. A l’époque, Inteva évoquait la délocalisation d’une partie de ses productions en République tchèque. En 2016, le groupe a ouvert une unité moderne de 7 000 m2 à Rychnov, près de la frontière polonaise ; celle-ci fabrique, comme à Sully, des lèves-vitres, ainsi que des modules et serrures de portes de véhicules.
« Malgré les mesures de chômage partiel suite à la crise du Covid et n’ayant pas droit au prêt garanti par l’État pour cause de fragilité financière, lnteva Products France n’est pas à même de payer ses dépenses courantes ordinaires », a commenté sobrement le groupe dans un communiqué. Un PGE lui avait été, en effet, refusé par ses banques dans le courant du printemps ; le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est dit prêt à trouver une solution alternative. Une nouvelle audience du tribunal de commerce d’Orléans est prévue le 7 juillet.

Affaires publiques

Noir c’est noir

C’est un coup de tonnerre dans le ciel chargé de la vie…

Tours va créer son « Vincinodrome »

En chômage technique depuis le début de la crise sanitaire,…

Fesneau sort du bois

Comme tout bon chasseur, Marc Fesneau ne tire qu’à coup…

Régionales : les écologistes veulent imposer leur méthode à gauche

La liste attrape-tout de l’écologiste Charles Fournier…

Accueil de la BnF : Châteauroux non plus

Le cabinet du maire de Châteauroux a finalement démenti…

Sondage

LA REPRISE SERA-T-ELLE FORTE DÈS LA RENTRÉE ?

Montrer les résultats