Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire Magazine de décembre 2020 Lire LV 714 À feuilleter en ligne >
  • Loire Valley
  • Publicité direccte2020
  • caisse epargne2020

L’usine Rasec de Romorantin attribuée à la Step

le 01 juillet 2020 à 11h27

rasec

C’est la fin du suspense… et d’un imbroglio juridique. Le tribunal de commerce de Blois devrait officialiser dans la journée l’attribution de l’usine Rasec Retail de Romorantin (41) à la Step, une entreprise également spécialisée dans la conception et la fabrication d’aménagements de magasins. 
Installée comme Rasec à Romorantin, la Step (16 M€ de CA, environ 80 salariés) s’est engagée à reprendre 85 des 132 salariés de son voisin, qui avait été placé en redressement judiciaire le 2 mars dernier. La seconde unité industrielle de Rasec Retail, implantée à Mortagne-sur-Sèvre (85), devrait pour sa part être attribuée à une entreprise aquitaine, partenaire de longue date de la Step, qui se serait engagée à conserver l’essentiel de la centaine de salariés vendéens.
L’affaire semblait bouclée à la veille du week-end, jusqu’à ce que le second candidat à la reprise, le russe BZTO, tente un baroud d’honneur en rehaussant significativement les conditions de son offre initiale. Il proposait ainsi de reprendre l’intégralité des salariés de Romorantin et d’améliorer sa proposition financière. Problème : la constitution formelle de cette offre nécessitait l’extension des délais de réception des dossiers. Le tribunal a estimé que la demande n’était pas juridiquement recevable.
Selon Vincent Morel, le président du groupe Step, le volume d’affaires qu’il récupère a été considérablement affecté par la crise sanitaire. Il ne représenterait plus qu’un CA annuel de 12 à 13 M€, contre 20 à 25 M€ au moment du redressement. En 2018, Rasec Retail avait publié un CA de 32,8 M€.

Affaires publiques

A Tours, Emmanuel Denis échoue à faire bouger les lignes

La démission fracassante du maire EELV de Tours Emmanuel…

Les salariés de Blancafort dindons de la farce ?

Suite aux images de volailles vivantes filmées par un…

Mercato territorial

En Touraine, quelques bastions tenus par la gauche, comme…

Une étude mobilités qui fait du surplace ?

Un demi-million d’euros : c’est le coût de l’édifiante…

Un président trié sur le volet

Après l’élection surprise de Benoist Pierre à la tête…

Sondage

LA REPRISE SERA-T-ELLE AU RENDEZ-VOUS EN 2021 ?

Montrer les résultats

  • afpi2020