Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire Lire LV 788 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2022

Calcia ferme boutique en région Centre-Val de Loire

le 05 avril 2024 à 14h17

Calcia ferme boutique en région Centre-Val de Loire

C’est une longue histoire qui se terminera dans dix-huit mois avec la fermeture programmée des deux cimenteries Calcia de Beffes (18) et de Villiers-au-Boin (37). Des propositions de reclassement vont être adressées aux quelque 174 salariés régionaux (94 à Beffes et 80 à Villiers-au-Boin) du groupe allemand Heidelberg Materials, deuxième cimentier mondial derrière le suisse Holcim. En contrepartie, Heidelberg investira 400 M€ sur ses sites de production d’Airvault (79), Bussac-Forêt (17), Beaucaire (30) et Couvrot (51).
La décision de sacrifier les deux sites ligériens se nourrit bien sûr de la baisse des ventes de ciment (– 6 % en 2023), sur fond de crise du bâtiment et de défiance vis-à-vis d’une activité très polluante : les cimenteries françaises rejettent plus de 10 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit entre 2 et 2,5 % du total des émissions carbone de l’Hexagone. Les investissements dans les quatre autres cimenteries françaises d’Heidelberg permettront d’ailleurs de réduire ces émissions d’un tiers.
L’arrêt des deux usines marque aussi le triste épilogue des ambitions des producteurs français de ciment, qui caracolaient en tête des classements mondiaux dans les années quatre-vingt. En 1992, Paribas cédait le contrôle des Ciments français, propriétaire des unités de Beffes et de Villiers-au-Boin, à l’italien Italcementi, lui-même racheté en 2015 par l’allemand Heidelberg. Cette même année 2015, l’autre français Lafarge, alors n°1 mondial, fusionnait avec le suisse Holcim, n°2 mondial. Cette fusion que l’on annonçait entre égaux se soldait en 2021 par une absorption du français par le suisse, qui fermait aussitôt le siège de Paris, le rapatriait chez lui, à Zug, et imposait l’anglais et l’allemand pour ses communications officielles.

Affaires publiques

Tel père, tel fils

Totalement inconnu en Indre-et-Loire jusqu’au dépôt des…

Passagers clandestins

Il n’est pas content Serge Grouard. Le maire d’Orléans…

Décès d’Olivier de Brabois

Nous avons appris hier le brusque décès d’Olivier de…

Dans l’arène

La crise agricole a projeté Marc Fesneau dans l’arène,…

Éclaté

De passage dans la région – en train, bien sûr – Marine…

Sondage

L'inflation
baissera-t-elle
en 2024 ?

Montrer les résultats