Merci d'avoir voté.

Votre choix a correctement été enregistré.

×
Votre navigateur n'est pas jour.

Vous devez mettre à jour votre navigateur pour voir le site correctement. Mettre à jour

×

Effectuer une recherche

×
Lire Lire LV 788 À feuilleter en ligne >
  • caisse epargne2022

Quand le bâtiment se désole, l’économie flageole

le 15 février 2024 à 11h43

construction

Le 30 janvier, lors de la cérémonie des vœux du président de la fédération française du bâtiment du Loiret Erwan Croixmarie, le directeur du service économique de la fédération nationale a donné une seule bonne nouvelle pour les onze mois à venir : l’inflation devrait légèrement reculer, avec un objectif à 2,5 % contre 4,9 % pour 2023. Pour le reste, l’année 2024 promet d’être des plus moroses pour le bâtiment, qui anticipe un recul de 5,5 % de l’activité en volume avec une chute de 14,6 % pour la construction neuve. Car la baisse attendue de l’inflation n’aura pas une répercussion symétrique sur les taux d’intérêt, la croissance devrait ralentir et le taux de chômage progresser.
Cliente essentielle de l’industrie du bâtiment, la construction neuve ne remontera pas la pente de sitôt. « Nous avons des chiffres du logement que nous n’avons pas vu depuis trente ans », s’alarme Erwan Croixmarie. Et après les 287 000 mises en chantier en 2023, niveau qui n’avait pas été aussi bas depuis les années quatre-vingt-dix, on prévoit encore pire pour 2024, avec seulement 250 000 mises en chantier, ce qui ramènerait la production française de logements aux années de l’immédiate après-guerre.
Que faire ? Gabriel Attal a eu beau promettre durant son discours de politique générale « un choc d’offre » pour « déverrouiller » le logement, les professionnels pointent du doigt la responsabilité des pouvoirs publics. La disparition du Pinel, le resserrement du périmètre du prêt à taux zéro (PTZ) et la complexité accrue de MaPrimeRénov’ posent des problèmes insolubles aux promoteurs, aux investisseurs ou simplement aux particuliers, primo-accédants en tête. Les représentants du monde professionnel demandent à l’État de réviser sa position, en prolongeant le dispositif Pinel, en généralisant le PTZ jusqu’à 40 % du coût de l’opération et en créant, dès le 1er janvier 2025, un statut de bailleur privé qui permette d’amortir fiscalement le coût d’acquisition d’un immeuble locatif. Sauf réaction, les entreprises du bâtiment perdront 90 000 emplois cette année, avec une explosion des défaillances d’entreprises : entre le dernier trimestre 2023 et le dernier trimestre 2019, on a observé une hausse de plus de 30 % de la sinistralité dans le secteur. Il faudra effectivement un choc d’offre d’ampleur pour éviter la catastrophe.

Affaires publiques

Tel père, tel fils

Totalement inconnu en Indre-et-Loire jusqu’au dépôt des…

Passagers clandestins

Il n’est pas content Serge Grouard. Le maire d’Orléans…

Décès d’Olivier de Brabois

Nous avons appris hier le brusque décès d’Olivier de…

Dans l’arène

La crise agricole a projeté Marc Fesneau dans l’arène,…

Éclaté

De passage dans la région – en train, bien sûr – Marine…

Sondage

L'inflation
baissera-t-elle
en 2024 ?

Montrer les résultats